Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Abidjan: les gérants de stations-services annoncent une grève à compter du lundi
  • Burkina Faso: la BOAD décaisse 30 milliards de FCFA pour un projet routier
  • Abidjan: le billet d'avion de Laurent Gbagbo présenté
  • Egypte: plus de 2000 bus du transport publics seront convertis au gaz naturels
  • Abidjan: les Rencontres des mobilités (RAMes) du 08 au 10 juillet 2021
  • Etats-Unis: l'avion de Kamala Harris fait demi-tour, problème technique
  • Abidjan: la vente de véhicules neufs en hausse de 18%
  • France: un avion atterrit d'urgence à Roissy, suspicion d'explosif à bord
  • France: Total devient Total Energies
  • La journée mondiale de la bicyclette célébrée ce jeudi

Vidéo-verbalisation: près de 400 000 infractions notifiées en quatre jours

ActualitéPublié le 10-05-2021 19h18

Le DG de Quipux Afrique (au centre) assure que la vidéoverbalisation est un outil pédagogique efficace sur les routes. Ph. DR

Lancée jeudi, la phase-test de la vidéo-verbalisation ou la notification par SMS des infractions routières à leurs auteurs, va s’intensifier durant encore quelques mois à Abidjan. Pour Quipux Afrique, opérateur technique de ce projet qui compte pour le Système de transport intelligent ou STI, c’est déjà un grand pas.

« Il s’agit de mettre en place un dispositif qui va mobiliser les uns et les autres sur la question de la sécurité routière. Cette phase-test va nous permettre d’accompagner le ministère des transports à travers des messages qui sont d’abord des messages sensibilisation à la sécurité routière. Ensuite elle va faire comprendre aux automobilistes que le système est fonctionnel et les amener à changer de comportement », a indiqué ce lundi face à la presse, Ibrahima Koné, Directeur général de Quipux Afrique.

Pour cet essai à blanc, 250 000 contrevenants sont visés pour 1,3 million d’infractions. Après quatre jours, 30% des infractions ont été atteintes, soit environ 390 000 infractions. 25% sont commises par des véhicules appartenant à des entreprises, selon le bilan ébauché par M. Ibrahima Koné qui avait à ses côtés M. Diaby Mamadou, Coordonateur des Centres de gestion intégrés ou CGI

La phase-test devrait durer 3 à 4 mois, avant la phase de répression qui va voir une application dans toute leur vigueur des moyens de coercition contre les automobilistes auteurs d’infraction. En plus du recours au SMS, la notification est adressée au propriétaire du véhicule par e-mail, par un espace qui lui dédiée sur la plateforme du Centre de gestion intégrée et par une notification physique à son domicile. 

Les atouts des nouvelles technologies dans la gestion du trafic routier et de la sécurité ne sont plus à démontrer. Il faut désormais réussir à en faire des instruments efficaces de gestion des infractions et de paiement des amendes.  

« Notre objectif n’est pas de recouvrer des amendes mais d’amener les automobilistes à adopter des comportements afin de ne pas payer des contraventions », a tenu à souligner M. Koné qui compte former une communauté d’automobilistes plus consciente de son action pour améliorer la sécurité routière.

« En tant qu’opérateur technique, nous sommes très fiers. Parce qu’il s’agit du travail d’une d’équipe technique nationale, vu qu’il y a eu un transfert de compétence avec les équipementiers de départ », s’est réjoui M. Koné.

10 milliards de FCFA à investir, 173 radars attendus
La suite prévoit un investissement initial de 10 milliards de FCFA qui permettra d’équiper la Police spéciale de sécurité routière (PSSR) d’une dizaine de véhicules 4X4 avec radars embarqués, de déployer le dispositif sur 74 sites (boulevards artères, carrefours) repérés comme accidentogènes. A terme, 173 radars seront disséminés sur les principaux axes d'ici à 2022

Tenant compte des récriminations de certains, usagers, le patron de Quipux Afrique a assuré que le système prévoit une voie de recours pour les usagers qui, pour une contrainte comme une urgence médicale ou une autre comme une menace de sécurité sont contraints transgresser les prescriptions du code de la route.

Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: