Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Togo: sortie de route d'un véhicule du cortège présidentiel, 3 blessés
  • Brésil: une mission de l'armée envoyée pour éteindre les incendies en Amazonie
  • Nigeria: au moins 17 morts dans une collision entre un bus et un camion
  • Indonésie: naufrage d'un bateau, 22 personnes portées disparues
  • Abengourou: un chauffeur abattu par un gangster en fuite après un braquage
  • Abidjan:un militaire tué dans un accident de véhicule sur le pont d'Agban
  • Liban: une voyageuse décédée en avion, de retour du pèlerinage à la Mecque
  • Ghana: fin de bitumage du tronçon bolgatanga-bawku en 2020
  • Niakara: 5 morts dans une collision entre une voiture et un camion-citerne
  • Méditerranée: au secours de migrants, le navire Open Arms bloqué

Routes: le poste de pesage d'Abengourou mis en service

ActualitéPublié le 04-07-2019 23h35

Sur la plateforme, les premiers camions ont procédé à des essais du système. Photo Acturoutes

Le poste de pesage à basse vitesse d’Abengourou (environ 200km d’Abidjan) a été officiellement mis en service ce jeudi. C’est la 9e infrastructure du genre sur le territoire ivoirien à l’actif du Fonds d’entretien routier (FER). Objectif: contrôler la charge des camions, freiner les transporteurs adeptes de la surcharge et réduire la facture de l’Etat allouée à la réparation des routes.

L'extrême surcharge «éliminée»
La multiplication des postes de pesage obéit à l’ambition de la côte d’Ivoire de se conformer à la réglementation communautaire de l’espace UEMOA sur la limitation de la charge à l’essieu afin de préserver le patrimoine routier, comme l’a rappelé le Directeur de cabinet du ministre de l’équipement et de l’entretien routier.

«Après 5 années de mise en application de ce dispositif de contrôle, nous avons quasiment éliminé l’extrême surcharge», a confié Yao Aristide Armand en évoquant les habitudes de certains transporteurs qui risquaient jusqu’à 18 tonnes de marchandises par essieu là où la réglementation impose une limite de 13 tonnes à l’essieu.

Un outil moderne et informatisé
Situé sur un périmètre de 1,5 hectare au corridor sud de la ville, le poste de pesage est dédié au contrôle des engins circulant dans le sens Nord-Sud sur la route de l'Est ou Nationale A1. Dimensionné pour traiter 220 véhicules par jour, il dispose, entre autres, d’une piste d'insertion, d'un pont de pèse-essieu, d’un bâtiment administratif et d’un parking capable d’accueillir une dizaine de poids lourds. La construction et l’équipement ont été entièrement financés par l’Union Européenne à hauteur de plus 400 millions de FCFA dans le cadre du vaste projet de réhabilitation e la route de l’Est..

Le contrôle du poids à la charge se fait de façon dynamique c’est-à-dire sous une vitesse de 8 km/h pour l’engin. La pesée, connectée à un système informatisé, s’affiche sur un écran de sorte à garantir une transparence. 

L’exploitation est confiée à Afrique-pesage à travers un accord cadre signé avec l’Etat ivoirien.

Maintenir la dynamique de préservation de la route
Le représentant de l’UE à la cérémonie, Pierre Trellu, a attiré l’attention sur la nécessité de maintenir la dynamique de la préservation des routes en citant les acquis tirés de la réhabilitation du tronçon Abidjan-Agnibilekrou, à savoir: la hausse du trafic, et une baisse des charges d’exploitation des véhicules pour les transporteurs. Le taux de surcharge en Côte d’Ivoire qui était de plus de 51% des camions fin 2016 est descendu à moins de 47% de nos jours, selon les chiffres obtenus par Acturoutes.

En dehors du financement des infrastructures telles que le poste de pesage, l’UE traduit son engagement à lutter contre la surcharge par un appui au renforcement de capacité des transporteurs. C’est elle qui financé la remise à niveau du tronçon compris entre le pont de la Comoé et Abengourou.

L’attitude attendue désormais des usagers est de préserver les routes vu que les ressources de l’Etat consacrées à ce volet, bien qu’importantes, ne suffisent pas.

Les transporteurs adhèrent, mais…
Pour les transporteurs, il n’y a, en principe, pas d’inconvénient à respecter la charge autorisée et à se soumettre au contrôle. Le Directeur général du Haut conseil du patronat des entreprises de transport HCPETR-CI, Diaby Ibrahim, a toutefois souhaité une «co-responsabilité» dans les pénalités infligées en cas de surcharge.

«Nous sommes des transporteurs. Nous n’avons pas les moyens de contrôler le poids de la marchandise au moment du chargement. Nous ne devons pas être le seul qui paye l’amende en cas de surcharge», a-t-il confié à Acturoutes.

La veille de cette cérémonie d’inauguration, le FER avait initié une large concertation avec les populations en vue de les informer des enjeux du péage et du pesage sur les routes.

Célestin KOUADIO
Envoyé spécial à Abengourou
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: