Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Angleterre: collision entre un hélicoptère et un avion de tourisme, 4 morts
  • Zimbabwe: des partisans de Mugabé lui demandent de quitter le pouvoir
  • Espagne: environ 300 migrants secourus en mer
  • Etats Unis; l'autorisation des trophées de chasse interdite par Trump
  • Abidjan: le 4e Salon de l'Agriculture (SARA) a débuté vendredi
  • Allemagne: les montres connectées pour enfants interdites
  • Liban: le PM démissionnaire Saad Harriri est arrivé en France ce samedi
  • Abidjan: la Corée du Sud offre 6 véhicules à l'Assemblée nationale
  • Autoroute du nord: plusieurs véhicules endommagés dans un carambolage
  • Musique: le FEMUA 2018 portera sur "l'immigration clandestine"

Marcel De Souza: "on démarre le corridor Abidjan-Lagos avant fin 2018"

ActualitéPublié le 17-10-2017 11h18

Le président de la Commission de la CEDEAO prévoit une table ronde à Abidjan sur le financement des projets. Ph. DR

En marge d’une conférence publique lundi à Abidjan, le président de la Commission de la CEDEAO, Marcel Alain de Souza, a livré à Acturoutes le chronogramme de réalisation du futur corridor Abidjan-Lagos, un des projets prioritaires de l’organisation communautaire.   

Selon un rapport, l’appui de l’Union Européenne (UE)  pour les infrastructures routières en Afrique est en baisse. Comment vivez-vous cette situation alors que la CEDEAO a un grand projet comme le corridor Abidjan-Lagos ?
L’UE supporte nos projets. Pour le corridor Abidjan-Lagos, les Européens ont décaissé 9 millions d’euros en vue d’appuyer l’étude de faisabilité. La Banque Africaine de Développement (BAD) a aussi apporté 9 millions d’euros. Les 5 pays que traverse le corridor vont compléter le budget. L’UE n’a donc pas réduit sa participation à la réalisation des infrastructures. Globalement, l’UE ne veut plus aller vers les gros investissements parce que généralement les pays ne mettent pas au point un système d’entretien et de fonctionnement des frais. On doit à ce niveau trouver des solutions. Tous les financements que nous voulons faire dans ce cadre interviendront dans un partenariat public-privé. On va mettre des péages, faire des concessions aux acteurs privés et ils vont supporter. En fait, ce ne sont pas les bailleurs de fonds qui sont directement concernés.

Des usagers pensent qu’il est préférable de confier la gestion aux Africains en vue de maximiser les ressources. Est-ce le point de vue de la CEDEAO?
Pour nous il n’y a pas de problème majeur. L’essentiel est que pour les infrastructures, on doit prévoir des frais récurrents intégrés aux projets pour les entretenir. Une route est conçue normalement pour 25 à 30 ans. Quand au bout de 10 ou 15 ans, aucun entretien n’est fait, les routes sont foutues.  

Quel est le chronogramme précis pour la réalisation du corridor Abidjan-Lagos ?
La première étape est déjà en cours. C’est l’étude de faisabilité. La première étude date de 2007. Nous sommes en train de l’actualiser. En principe, au bout de 6 mois on doit avoir achevé cette étude. On va ensuite lancer l’appel d’offres et sélectionner l'opérateur privé qui peut avoir le financement pour réaliser l’ouvrage. En principe, avant la fin de l’année prochaine, on doit pouvoir démarrer.

Interview réalisée réalisé par
Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: