Le Signal Yopougon: Sondage de sol en cours pour la construction de l'échangeur du carrefour Sable

France

Eric Ciotti, un candidat et des idées sur les transports dans la course à la présidentielle

Publié le: ven. 03/12/2021, 00:47

Député des Alpes maritimes (France) depuis 2007, Eric Ciotti vient de se qualifier pour le second tour de la primaire de la droite, en vue de la présidentielle de 2022.

Le probable candidat LR n'hésite pas critiquer aussi les mesures anti-covid qui impactent les transports. Ph: Les Échos.

Le 04 décembre prochain, sera connu le nom de la personnalité qui représentera Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle française de 2022. En attendant, le député Eric Ciotti est bien parti pour rafler le poste.


Jeudi, il est sorti vainqueur du premier tour de la primaire visant à départager de très nombreux candidats. Avec plus du quart des suffrages, M. Ciotti semble être en pole position, malgré le soutien des candidats battus à son prochain adversaire, Valérie Pécresse.


Eric Ciotti est l’un des aspirants, au poste de président de la république française, qui porte régulièrement une attention sur les transports. Que ce soit au plan locale, dans sa région de Nice-Côte d’Azur qu’au plan national, à l’échèle de la France toute entière.


En août 2015, alors qu’une attaque est évitée de justesse dans un train reliant Amsterdam à Paris, grâce des voyageurs qui réussissent à maitriser un assaillant armé, le député appelle au renforcement des dispositifs de sécurité dans les transports ferroviaires. « Ce qui est certain, c'est qu'il faut établir des dispositifs de sécurité pour lutter contre le terrorisme dans les moyens de transport ferroviaire. On est aujourd'hui totalement démunis, complètement sans filet alors qu'il y a une menace terroriste qui est maximale », déclare-t-il.


C’est dans ce contexte, ou presque, qu’est intervenu les attentats du 13 novembre 2015 perpétrés à divers endroits de la ville de Paris. En 2017, le député fait déposer en compagnie de plusieurs dizaines d’autres députés une proposition de loi à l’Assemblée nationale. « La présente proposition de loi a pour objet de fixer, à échéance de 2022, les objectifs assignés à la politique de sécurité intérieure, les moyens matériels et juridiques de l’exercice des missions de la justice, les conditions de la coopération entre les différentes composantes de la sécurité intérieure, ainsi que des mesures d’ordre législatif et la programmation budgétaire permettant de donner plein effet à ces orientations », expliquent-ils ensemble dans le texte de la proposition.


Sur le plan local, Eric Ciotti s’intéresse à la sécurité routière. En juin 2018, il demande la suppression du péage autoroutier à l’entrée de Nice, une de grandes villes françaises au sud de la France. Et il s’en explique en ces termes : «le caractère accidentogène de cette installation n’est plus à prouver. Fin octobre 2015 après le terrible accident provoquant la mort d’une personne et faisant 8 blessés dont 3 graves, j’avais alors demandé sa suppression. Il est urgent en effet de tirer enfin les conséquences des multiples accidents provoqués par ce péage. C’est pourquoi, sans attendre un nouveau drame, j’ai sollicité la Ministre en charge des transports Madame Élisabeth Borne, afin de lui demander d’imposer la suppression pure et simple de cette installation. Il s’agirait d’une mesure dont l’efficacité en matière de sécurité routière est largement plus avérée que celle qui consiste à mettre en œuvre une nouvelle limitation de vitesse à 80 km/heure ».


« Ça ne marche pas »


A l’intérieur même de la ville de Nice, l’élu regarde aussi de près les plans de transports. En octobre 2019, il demande au maire de Nice, Christian Estrosi de rétablir l'ancien schéma de transport, l’accusant même d’avoir « commis une grave erreur d'appréciation sur fond de précipitation à l'approche de futures échéances électorales ». Alors que M. Estrosi fut son mentor pendant une trentaine d’années.


C’est qu’Eric Ciotti a su s’émanciper, en restant « fidèle » à son parti politique, notamment quand la droite a été battu en 2017 et qu’Emmanuel Macron est arrivé au pouvoir. Il fait partie de ceux qu’on peut appeler les gardiens de la maison LR, alors qu’on assistait à une vague de ralliements de bon nombre de cadres des Républicains à la cause de Macron.


Sur ce qui fait l’actualité en ce moment, Eric Ciotti se veut « logique » et « responsable ». Quand le gouvernement impose un couvre-feu à 18h00, il n’hésite pas à dénoncer la mesure. « Ça ne marche pas », déclare-t-il. Expliquant que « les gens s’entassent dans les transports » à l’approche de l’heure du couvre-feu.


Barthélemy KOUAME

barthelek@acturoutes.info

image-pub
acturoute youtube
Akinwumi Adesina : « Nous avons déjà connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés »

Dans cet entretien réalisé en novembre 2019, le président de la BAD fait le point des efforts faits ces dernières années dans le secteur des transports en vue d’améliorer par la même occasion la qualité de vie des populations africaines. « Ces quatre dernières années, nous avons connecté 55 millions de personnes aux transports améliorés », dit-il.

image-pub