Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Côte d'Ivoire: Gbagbo et Blé Goudé sont libres de rentrer au pays (Ouattara)
  • Côte d'Ivoire: Les frais de voyage de Gbagbo seront payés par l'Etat (Ouattara)
  • Taiwan: l'accident de train a fait plus de 50 morts
  • Égypte: la BAD accorde un financement pour le transport ferroviaire
  • Côte d'Ivoire: le secrétaire d’État aux aff. maritimes au ministère des transports
  • Côte d'Ivoire; Amédée Kouakou reste ministre de l'entretien routier
  • Côte d'Ivoire: Amadou Koné reconduit au ministère des transports
  • Air France: la France apporte un soutien de 34 milliards d'euros
  • Axe Ferké-Ouangolo: le PM Patrick Achi a rendu visite aux blessés de l'accident
  • Ghana: un troisième terminal à conteneurs livré au port de Tema

Adoum Dennis : "la construction de la gare d’Abidjan ira très vite"

InterviewPublié le 28-08-2013 11h00

Le président d Groupe Dennis compte instaurer des standars internationaux dans la future gare

Le président du Groupe Dennis, Adoum Dennis, dont la filiale -Société générale d’Afrique- est chargée de la construction de la gare routière internationale d’Abidjan, assure dans cet entretien que son groupe est prêt pour relever le défi des délais pour l’érection de l’ouvrage.   

Quand démarrent concrètement les travaux ?
Les Travaux vont démarrer très vite. Mais la question de date n’est pas à notre niveau. Nous sommes prêts à notre niveau mais il faut que le site soit complètement libéré. L’Etat est très motivé et va prendre des dispositions dans ce sens. Les collectivités d’Adjamé sont également très motivées. Je ne peux pas pour l’instant donner une date précise. Mais les choses vont aller très vite.

Quelles garanties avons-nous que les travaux ne connaitront pas d’arrêt ?
L’avenir nous dira. Mais je crois que nous sommes là justement pour conjurer ce genre de situation (arrêt de travaux). L’évènement d’aujourd’hui, n’est pas un fait banal. Rarement, les cérémonies de pose de première pierre ont été aussi remarquables que celle d’aujourd’hui. C’est déjà un bon signe qui permet de penser que les choses vont aller vite.

Avec l’ouverture de la gare internationale, les autres gares vont-elles disparaitre?
Il n’ya aucune raison que les autres gares disparaissent. Le vrai problème à Abidjan, c’est qu’il y a 50 mille passagers qui entrent et sortent tous les jours. C’est fait de manière un peu sauvage, désorganisée. Cela pose un problème de sécurité pour les usagers de transport interurbain et transfrontaliers. Il faut structurer réorganiser. C’est un projet qui a un sens et qui revient régulièrement sur la table depuis plus de 20 ans. Il n’a pas pu être exécuté vu que les conditions socio-politiques et économiques  ne le permettaient pas. Les choses ont changé aujourd’hui. Raison pour laquelle la cérémonie (Ndlr : pose de la première pierre) a eu lieu. Il est impératif qu’Abidjan ait une gare interurbaine qui ait des capacités suffisantes pour héberger ce trafic.

Le projet a mobilisé 46 milliards de FCFA. Par qui est mobilisé ce fonds?
Nous mobilisons ces fonds entièrement.

Selon vous qu’est-ce qui a pesé en votre faveur pour obtenir ce marché ?
Je pense que l’appel d’offres international était ouvert à tous. Je ne peux pas répondre à la place de ceux qui ont analysé les offres. Mais j’ai le sentiment que vu la rigueur avec laquelle les négociations se sont déroulées, elles ont été intenses. Ce n’est pas un ticket en blanc que nous avons eu. On a eu des négociations pendant  six mois. Les membres du comité de négociation n’ont cédé sur rien. Tout cela me laisse penser que les choses se sont passées dans la rigueur et avec beaucoup de bon sens.

On voit que le président Alassane Ouattara et ses collaborateurs vous connaissent bien…
C’est quand même la moindre des choses que de connaitre un investisseur qui apporte 46 milliards de francs Cfa pour un projet aussi important pour le pays. Ce qui est important c’est que le peuple ivoirien va pouvoir bénéficier d’un outil extraordinaire pour pouvoir circuler à l’intérieur du pays et rejoindre les autres capitales de la sous-région.

Pourquoi avoir choisi ce site ?
La question doit être posée au ministre des transports qui est mieux habilité à répondre.

Vous savez sûrement que le transport à Abidjan est marqué par le désordre et l’inorganisation. Comment comptez-vous y faire face pour exécuter ce projet ?
Nous fonctionnons par rapport à des standards internationaux. On ne peut pas faire autrement. Ce sont ces standards internationaux qui seront appliqués pour l’érection de cette gare.

Concernant la main d’œuvres où allez-vous la chercher ?
Il y a suffisamment de compétence en Côte d’Ivoire et dans les collectivités environnantes pour qu’on  puisse compter sur ces ressources pour réaliser ce projet.

Avez-vous déjà réalisé ailleurs des infrastructures de ce genre ?
Bien sûr ! Tout ceci figure dans le cahier de charges que nous avons apporté en réponse à l’appel d’offres. Je pense qu’on n’aurait pas été retenu sans ces références.

 

Propos recueillis par
Célestin KOUADIO

c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: