Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Transport urbain: le ministère demande le retour des tarifs habituels
  • Port d'Abidjan: baisse de 7% du trafic de marchandises, au 1er semestre 2020
  • ACTUROUTES vous souhaite aux Ivoiriens une bonne fête de l'Indépendance
  • Port d'Abidjan: 278 millions de FCFA offerts à l'Etat pour combattre le covid-19
  • Inde: un avion s'est écrasé après un atterrissage raté, vendredi
  • Liban: la France mobilise 3 avions pour aider les secours
  • Tourisme: la SODERTOUR-LACS nonce la réouverture de ses hôtels dès le 7 août
  • Liban: au moins 190 morts dans l'explosion au port de Beyrouth
  • En Belgique, Gbagbo demande un passeport pour rentrer en Côte d'Ivoire
  • Liban: Double explosion au port de Beyrouth, ce mardi

Sécurité routière: de nouveaux textes en vue pour assainir l'obtention du permis

ActualitéPublié le 25-06-2020 15h59

L'enjeu est de réduire les accidents sur les routes et sauver des vies humaines. Ph. d'archives

Plusieurs fois interpellé sur la résurgence des accidents de la route, et maintes fois monté au créneau à travers la sensibilisation et la répression des automobilistes indélicats,  le ministère des transports a décidé de passer  à une autre étape: dépoussiérer le textes régissant le processus d’obtention du permis de conduire par l’implication de tous les acteurs qui en font son environnement, principalement les auto-écoles.

C’est l’enjeu d’un atelier consacré à la reforme du permis de conduire et ouvert ce jeudi à l’Hôtel Belle Côte, à Cocody sous la houlette de la Direction générale des transports terrestres et de la circulation (DGTTC) qui veut ainsi accompagner significativement le ministère dans la mise en œuvre d’une stratégie efficiente contre les accidents de la route.  

Il s’agit de «réunir les auto-écoles autour d’une plateforme d’échange afin de discuter des problèmes inhérents à l’obtention du permis de conduire aussi bien la formation de base que l’évaluation des candidats au permis de conduire», a expliqué à Acturoutes, le Directeur général des transports terrestres, Romain Kouakou.

Les travaux réunissent des experts de différentes structures sous tutelle du ministère ainsi que des opérateurs techniques intervenant dans la délivrance du permis (Quipux Afrique, SONEC Africa, Biomedical …). Le brainstorming devrait aboutir à un projet d’arrêter sur les conditions d’ouverture et d’exploitation d’une auto-école, un mécanisme de suivi du parcours des apprenants dans les auto-écoles et un système fiable d’évaluation des futurs conducteurs.

Se débarrasser de textes «caduques»
Les réflexions partent d’un ensemble d’insuffisances identifiées à savoir: le manque d’encadrement des candidats au permis de conduire par le ministère de tutelle, le faible niveau de professionnalisme des auto-écoles et surtout l’inadaptation des textes réglementaires régissant la formation des candidats au permis de conduire. En effet, les  textes en la matière datent de 1987 et méritent d’être adaptés à l’évolution du contexte et des pratiques marquées par l’innovation technologique et la révolution numérique.

«On a des arrêtés qui sont caduques. On ne peut pas être dans un pays émergent avec des auto-écoles rétrogrades.  Il nous faut une réforme qui est à la hauteur des ambitions du pays», a souligné Ahmed Diomandé, Directeur de cabinet du ministre des transports, appelant les participants à «une analyse très profonde de la situation».

Achever une réforme entamée en 2014
Ce n’est pas faute d’avoir essayé. En 2014, une réforme a instauré en Côte d’Ivoire les Centres de gestion intégrée (CGI). Des guichets informatisés à travers lesquels la sécurisation de la délivrance du permis de conduire et son caractère infalsifiable ont été renforcés. A cela s’ajoute la réactiviation de la commission nationale de suspension du permis de conduire et l’avènement de la police spéciale de sécurité routière. Selon la DGTTC, un programme unique de formation dans les auto-écoles a été élaboré.

Pour le Directeur général de Quipux Afrique, opérateur technique exploitant les CGI, Ibrahima Koné, cet atelier est la suite logique des innovations technologiques introduites dans la délivrance du permis de conduire.

«Avec l’assainissement des auto-écoles, point d’entrée de l’ensemble du dispositif, la boucle se referme. C’est un processus d’amélioration continue. C’est ensemble que nous allons relever tous ces défis », a-t-il confié à Acturoutes.  

La Côte d’Ivoire, comme bon nombre d’autres pays, subit une saignée de ses ressources humaines due aux drames sur les routes. Ces cinq dernières années, on a enregistré une moyenne annuelle de 10 000 accidents de la circulation entrainant environ 800 morts, selon l’Office de sécurité routière (OSER).  

Les études établissent que le facteur humain est la cause à plus de 90% des cas d’accidents. Il y a donc urgence à mettre la pression sur les automobilistes formés au rabais.

C’est ce pourquoi plaide M. Romain Kouakou qui affirme qu’en «agissant sur les autos- écoles et sur les textes, on peut avoir une filière du permis de conduire plus améliorée».

Célestin KOUADIO
c.kouadio@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: