Direct Trafic | Le trafic routier en Direct
fermer réduire agrandir

Le Signal

  • Abidjan: prévu ce mercredi, le lancement des travaux du 4e pont reporté
  • Abidjan: le Président Ouattara écourte sa visite en France et rentre ce mercredi
  • Abidjan: le premier ministre a visité les sites des inondations
  • Abidjan: inondations et écroulements de maisons, suite à de fortes pluies
  • Abidjan: une vingtaine de morts, suite aux inondations (Officiel)
  • Abidjan: une réunion d'urgence présidée par le premier ministre, ce mardi
  • Cocody: le pont de la Riviera Bonoumin fermé, risques d'inondation
  • Riviera 3: un corps sans vie retiré d'un véhicule englouti par les eaux
  • Cocody: plusieurs véhicules emportés par les eaux
  • Attecoubé: le boulevard de la Paix envahi par les eaux

Sommet Trump – Kim: ce qu’il faut retenir de la logistique de transport

ActualitéPublié le 13-06-2018 00h00

Les deux leaders avançant l'un vers l'autre, pour la première poignée de main historique, mardi à 09h04 (01h04 GMT))

Le sommet « historique » aura tenu toutes ses promesses, en matière d’images et de mots forts. Comment tout cela a été réglé, côté transport et mobilité ? Acturoutes tente de faire le point au moment où les deux leaders retournent, chacun chez lui.

Premier élément. Kim Jong-Un et Donald Trump sont arrivés dimanche (GMT +8), l’un après l’autre. Le jeune leader nord-coréen a été le premier à atterrir à Singapour. Il a voyagé dans un appareil de la compagnie chinoise Air China. Selon des responsables chinois, la « demande » de transport a été formulée par Pyongyang et la compagnie aérienne a « offert ses services ». Gracieusement ? Aucun détail toutefois sur cet aspect, mais on ajoute que pas moins de trois avions ont transporté la délégation nord-coréenne, de leur pays à la cité-Etat de Singapour.

Deuxième élément. Le président américain, lui, a voyagé à bord d’Air Force One, l’avion officiel des présidents des Etats-Unis. Les spécialistes décrivent cet aéronef comme un Boeing 747 « réaménagé et spécialement équipé », de sorte que le président n’est jamais coupé de la terre et des événements. L’on peut comprendre aisément comment le président Trump a pu influer directement sur l’issue du sommet du G7 qu’il avait quitté quelques temps plus tôt. Donald Trump est en effet arrivé à Singapour, en provenance du Canada.

Des routes dédiées
Dimanche, à 20h30 (12h30 GMT), avec l’arrivée du président Trump, les deux chefs de délégation étaient bien réunis à Singapour. Mais dans des hôtels séparés. Pour leur mobilité, des dizaines de voitures de chaque côté, escortées par une dizaine de motards, a-t-on pu remarquer. Personnellement, chaque leader a pris place dans un véhicule imposant et différent du reste de la flotte.

Pour Donald Trump, on sait qu’il s’agissait de la limousine officielle, « The Beast » arrivée directement de Washington. La portière arrière droite est flanquée de l’insigne distinctif du président. D’ailleurs, Donald Trump a tenu à montrer cette voiture qui pèse 8 tonnes à son « ami » Kim Jong-Un, lors d’une séquence de marche que les deux leaders ont eue ensemble.

Quant au leader nord-coréen, il était visiblement à bord d’une longue Mercédès. Selon toute vraisemblance, Kim Jong-Un a lui aussi fait venir sa voiture de commandement de Pyongyang. Sa garde rapprochée, une bonne douzaine de mec en costumes noirs identiques, n’est pas passée inaperçue, courant à côté de la voiture présidentielle.

Pour le reste, on a aperçu des véhicules de marque Hyundai, du constructeur sud-coréen, surtout dans la délégation de Kim Jong-Un. De là à penser que le voisin du Sud a mis la main à la poche, ne serait-ce que pour financer la logistique de transport du leader Kim, il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas à franchir. Les autorités de Séoul ont en effet joué un rôle de premier plan dans la tenue effective de ce sommet. Le 22 mai déjà, le président sud-coréen avait effectué le voyage jusqu’à Washington pour rencontrer Donald Trump.

Donald Trump et Kim Jong-Un devaient ensuite parcourir quelques centaines de mètres supplémentaires pour rallier le lieu de la rencontre. Ce lieu, l’île de Sentosa, à la superficie de moins de 5km², est reliée au centre-ville de Singapour par un pont, notamment. Pour le succès du sommet, il a fallu dédier des voies à chaque camp. Et tout était réglé à la minute près.

Mardi matin, peu après 08H30 (00h30 GMT), Donald Trump a été le premier à démarrer de son hôtel, suivi quelques instants plus tard de Kim Jong-Un. Chacun a emprunté un itinéraire totalement libéré de toute autre circulation pour arriver à l’hôtel Capella, où se tenait le sommet.

Sur place, les deux leaders sont entrés dans le bâtiment pour s’installer à des ailes différentes.  On a pu remarquer que même les pas semblaient bien comptés. De sorte que quand Donald Trump et Kim Jong-Un se croisent pour la première fois, à 09h04 (01h04 GMT), les deux se retrouvent exactement au milieu d’une scène avec les drapeaux des deux pays côtes-à-côtes derrière, et surtout avec chaque leader devant son drapeau. Extraordinaire.

Comme s’il y avait eu une répétition auparavant! Maintenant question : combien aura coûté tout ce réglage du transport et des déplacements ? Les spéculations vont bon train sur celui qui paie ou qui va payer la facture. Mais si on se réfère aux propos du leader nord-coréen, Washington a mis tout en œuvre pour que cela soit ainsi. « J’exprime ma gratitude au président Trump pour avoir organisé ce sommet », a déclaré Kim Jong-Un, juste après la signature du communiqué qui a matérialisé cette rencontre historique.

Barthélemy KOUAME
barthelek@acturoutes.info

Laissez un commentaire, un cadeau vous attend...Chaque jour, commentez les articles que vous lisez sur Acturoutes.info. Donnez votre avis, dénoncez ce qui ne va pas et proposez vos solutions. Sur les articles que vous lisez, cliquez sur J′aime et partager pour les partager avec vos amis et proches en un clic. Pour le reste, regardez dans ACTUROUTES Cadeaux ! ACTUROUTES récompense votre fidélité. Des cadeaux vous attendent...

Lire également: